Search results: Found 4

Listing 1 - 4 of 4
Sort by
Les entreprises sociales d’insertion par l’économie : Des politiques, des pratiques, des personnes et des paradoxes

Authors: --- ---
ISBN: 9782882241696 DOI: 10.4000/books.ies.580 Language: French
Publisher: Editions IES
Subject: Social Sciences
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:32
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Les entreprises sociales jouent un rôle important dans l’insertion professionnelle et plus largement dans l’insertion sociale des personnes qu’elles accueillent. Elles visent le maintien ou le développement de leurs « compétences » et parfois produisent des effets « pervers », comme la chronicisation des processus de désaffiliation. Ces conséquences non souhaitables tiennent essentiellement au fait que les pratiques de ces entreprises sont traversées par des logiques sociales identiques à celles qui ont produit la vulnérabilité des personnes qui y travaillent. En effet elles sont tiraillées entre les exigences de productivité propres au monde de l’économie et la nécessité due à leur fonction sociale de s’intéresser à la vie des individus. L’originalité de l’ouvrage tient à ce que l’analyse repose sur des récits de vie recueillis auprès de personnes travaillant dans des entreprises sociales. Ainsi, une large place est donnée au point de vue de ces acteurs, ce qui permet de comprendre comment ils construisent leur identité professionnelle, comment ils évaluent leurs compétences et la manière dont ils pourront les faire valoir sur le marché de l’emploi et dans leur existence, et encore, comment ils souffrent ou non d’un déficit de reconnaissance sociale. Ces récits permettent aussi de saisir en quoi l’identité de ces travailleurs est affectée ou capturée par divers types de discours normatifs sur le travail, l’exclusion, la société ou ce qu’est la vie digne, et de montrer la créativité dont les personnes font preuve pour contrer les forces sociales qui tendent à les capturer. En se servant de l’activité productrice pour développer diverses formes de compétences chez les bénéficiaires et pour susciter chez eux un travail réflexif sur leurs expériences et leur vie, les entreprises sociales leur offrent une possibilité de développer des rapports positifs à eux-mêmes, notamment grâce au sentiment d’utilité et de reconnaissance sociale qu’ils retirent de cette activité. Cependant, la double appartenance de ces entreprises aux deux mondes économique et social n’est pas sans engendrer quelques paradoxes…

Keywords

insertion --- exclusion --- précarité

Travailler pour s’insérer : Des réponses actives face au chômage et à l’exclusion : les entreprises de réinsertion

Authors: ---
ISBN: 9782882241733 DOI: 10.4000/books.ies.466 Language: French
Publisher: Editions IES
Subject: Social Sciences
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:32
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

La privation de travail constitue un facteur d'exclusion important, et travailler reste la principale manière d'exister dans notre société. Ainsi l'insertion est aujourd'hui considérée comme une mesure prioritaire de politique sociale en réponse aux problèmes de pauvreté, d'exclusion et de chômage. Cet ouvrage aborde le rôle que jouent les entreprises d'insertion par l'économique et donne à voir non seulement leur importance, souvent mal connue dans le paysage romand, mais aussi leur originalité et la complexité de leur fonctionnement. Les entreprises d'insertion ont pour ambition d'être une passerelle vers l'emploi pour des hommes et des femmes qui ne sont plus ou pas encore sur le marché du travail. Elles offrent, à des personnes peu ou pas qualifiées, des travaux très variés couplés à une formation, dans le but de leur permettre de reprendre pied dans la vie active en sortant du chômage ou de l'assistance publique. Les auteurs, eux-mêmes acteurs de terrain impliqués, notamment dans la constitution des premiers réseaux romands, nous livrent un ensemble d'observations et de réflexions autour de l'insertion par l'économique : la prise en charge, l'évolution du profil des bénéficiaires et des professionnels, et le management de ces entreprises sans but lucratif (associations ou fondations le plus souvent) qui fonctionnent comme des PME, dans une tension permanente entre l'économique et le social.

Keywords

insertion --- exclusion --- chômage --- précarité --- travail

De l’aide à la reconnaissance : Ethnographie de l’action sociale

Authors: --- ---
ISBN: 9782882241689 DOI: 10.4000/books.ies.597 Language: French
Publisher: Editions IES
Subject: Social Sciences
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:32
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Fondé sur des entretiens et des observations en profondeur, cet ouvrage décrit d'abord l'activité des assistantes et des assistants sociaux œuvrant dans cinq CASS (centres d'action sociale et de santé) de l'Hospice général à Genève. Il dépeint ensuite le travail effectué dans quatre lieux de réinsertion aux pratiques et objectifs diversifiés (Réalise, Les Fringantes, le Bilan portfolio de compétences et Arcade 84). L'angle d'approche documente moins des politiques sociales, des règlements ou des directives que leur mise en œuvre pratique et les façons d'être ou d'agir des professionnel-le-s en interaction avec des bénéficiaires de l'aide sociale. Il questionne le travail de réinsertion tel qu'il se produit, au quotidien. La recherche présentée ici montre que ce travail de réinsertion renvoie avant tout à une « resocialisation », c'est-à-dire davantage à un reformatage des comportements qu'au développement des compétences et des réseaux des bénéficiaires. L'analyse met aussi en évidence que, au-delà des rapports institutionnels de contrainte et de pouvoir, les assistants sociaux et les bénéficiaires initient des cycles de dons et de contre-dons, autant de processus de défi et de reconnaissance qu'il convient - à l'heure de la diminution des prestations d'assistance - d'articuler avec des principes renouvelés de justice sociale.

Tendances de l’emploi dans le spectacle

Authors: ---
ISBN: 9782111398160 Language: French
Publisher: Département des études, de la prospective et des statistiques
Subject: Business and Management --- Social Sciences
Added to DOAB on : 2019-12-12 11:49:49
License:

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

En vingt ans, le nombre d’artistes et de techniciens de l’audiovisuel et du spectacle vivant a doublé. Portée par le développement de l’emploi salarié intermittent, cette croissance des effectifs s’est inscrite dans un marché du travail extrêmement dynamique en termes de créations d’entreprises (tout particulièrement dans le spectacle vivant) et de volume de travail offert. Pour autant, la croissance des effectifs professionnels s’est effectuée à un rythme plus soutenu que celui de l’offre d’emploi, instaurant une dégradation des situations individuelles mesurée par la baisse de près d’un quart du volume annuel de travail et des rémunérations au cours des années 1990. Après quelques années de stabilisation, la reprise de la croissance des effectifs renoue, depuis 2008, avec cette tendance de longue durée au resserrement de l’activité et des revenus. Artistes et techniciens intermittents ne sont pas touchés de la même façon par ces évolutions. En 2009, un artiste intermittent déclare en moyenne 44 jours de travail annuel pour une rémunération brute de 9 200 euros, et un technicien intermittent déclare 82 jours de travail annuel pour une rémunération moyenne de 16 600 euros. Les artistes enregistrent donc des durées annuelles moyennes de travail et des volumes de rémunération très inférieurs à ceux des personnels techniques ; la part des indemnités chômage est aussi, de ce fait, beaucoup plus importante dans leur revenu global. En vingt ans, la flexibilité de l’emploi s’est fortement accrue : les durées de travail se sont fractionnées en un nombre plus important de contrats de travail de courte durée. Là encore, les situations des artistes et des techniciens sont différentes : en 2009, un artiste déclare en moyenne 15 contrats de travail dans l’année contre 7 en 1990, pour une durée moyenne de 3 jours en 2009, contre 10 jours vingt ans plus tôt. Un technicien du spectacle, de son côté, déclare en moyenne 14 contrats de travail dans l’année contre 6 en 1990, pour une durée moyenne de 6 jours en 2009, contre 14 jours vingt ans plus tôt.

Listing 1 - 4 of 4
Sort by