Search results: Found 2

Listing 1 - 2 of 2
Sort by
Louis Sauvageot (1842-1908) : Architecte et restaurateur à Rouen

Author:
ISBN: 9791024010687 DOI: 10.4000/books.purh.7062 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rouen et du Havre
Subject: Architecture
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:49
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Cet ouvrage propose de redécouvrir l'œuvre d'un architecte quelque peu oublié et qui a exercé une part importante de sa carrière à Rouen. Formé en dehors de l'École de beaux-arts, proche de Viollet-le-Duc, Louis Sauvageot (1842-1908) est une figure à la fois exemplaire, témoin de la vigueur de la pratique architecturale en France à la fin du xixe siècle, et atypique, car rien ne laissait présager que ce jeune bourguignon issu d'une famille de tonneliers finirait sa carrière comme inspecteur général des Édifices diocésains puis des Monuments historiques. Son activité prend son essor en 1871 lorsqu'il est nommé architecte en chef de la ville de Rouen. Cumulant ensuite les fonctions d'architecte en chef des Monuments historiques puis des Édifices diocésains dans la même ville, il va dès lors exercer une véritable mainmise sur la commande publique, aussi bien dans le domaine de la construction que de la restauration et ce, pendant près de trente années. De fait, Rouen met en œuvre au début de la IIIe République un complet renouvellement de ses équipements, rattrapant ainsi le retard accumulé dans le domaine édilitaire. D'une manière générale, les réalisations de Sauvageot se scindent entre une production sérielle et utilitaire, dans laquelle figurent en bonne place les écoles communales et d'autre part, des réalisations prestigieuses comme l'église Saint-Hilaire, le musée-bibliothèque et le théâtre des Arts. L'empreinte laissée sur les édifices anciens de Rouen est tout aussi considérable et Sauvageot va largement contribuer à modeler l'image du centre historique, avec le complet soutien des institutions. Il faut dire que dès les années 1880, un infléchissement de la politique de la ville est perceptible, marqué par un intérêt ranimé pour le centre ancien. Les chantiers de restauration de la cathédrale et du Gros-Florloge notamment, marquent une étape importante et il ne faudrait pas perdre de vue que le vieux Rouen doit en fait beaucoup au xixe siècle ; car c'est bien une vision de la période médiévale telle que l'imaginaient Sauvageot et ses comparses qui nous fait aujourd'hui rêver.

La grande pitié des églises de France : Texte introduit et établi par Michel Leymarie et Michela Passini

Author:
ISBN: 9782757421697 DOI: 10.4000/books.septentrion.47021 Language: French
Publisher: Presses universitaires du Septentrion
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:52
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

De 1910 à 1914, Barrès mène campagne pour la défense des églises menacées de ruine. La loi de Séparation de 1905 a des lacunes, le Pape refuse la constitution d’associations cultuelles, le patrimoine religieux français est en péril. L’antidreyfusard du tournant du siècle dépasse ici ses engagements antérieurs et le seul combat clérical. Avec des hommes politiques de différents bords, des artistes, des critiques et des historiens de l’art, il œuvre à une prise de conscience de l’opinion publique et à un amendement de la loi. N’excluant aucun des divers héritages qui ont façonné l’histoire de la France, Barrès considère les édifices religieux d’abord comme un « trésor national » qui constitue « la belle chaîne de l’art français » et doit, à ce titre, être préservé. C’est pourquoi il propose le classement global de toutes les églises - y compris les modestes églises de village - bâties avant 1800. Au musée, institution qui, selon lui, déracine, il préfère le patrimoine agissant in situ, qui incarne de manière concrète et immédiate la continuité historique de la nation et permet une adhésion de sentiment. La grande pitié des églises de France, texte hybride et original - fait de débats parlementaires, dialogues, lettres ouvertes, articles, méditations métaphysiques -, est le journal d’une campagne réussie qui a contribué au vote de la loi de 1913 sur les monuments historiques. Œuvre souvent citée et pourtant mal connue, elle marque la naissance d’une conscience patrimoniale nouvelle.

Listing 1 - 2 of 2
Sort by
-->