Search results: Found 3

Listing 1 - 3 of 3
Sort by
La reconnaissance à l’épreuve : Explorations socio-anthropologiques

Authors: ---
ISBN: 9782757421208 DOI: 10.4000/books.septentrion.38592 Language: French
Publisher: Presses universitaires du Septentrion
Subject: Social Sciences
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:52
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

La « reconnaissance » est à l’ordre du jour de débats tant scientifiques que politiques. Depuis quelques années, la philosophie politique, sous l’impulsion notamment de C. Taylor, M. Walzer, A. Honneth, N. Fraser, fait une place importante à ce concept pour penser la manière dont les sociétés contemporaines « tiennent ensemble », alors qu’elles sont marquées par la pluralité des identités, la montée en puissance de l’individu et de la subjectivité. C’est à l’analyse concrète de processus de reconnaissance que s’intéressent les études sociologiques et anthropologiques proposées dans cet ouvrage. Elles mettent « à l’épreuve » les approches philosophiques de la reconnaissance au regard d’expériences situées et dans des contextes identifiés (immigration, mouvements alternatifs, exclusion sociale, relations aux institutions, droits civiques, action humanitaire). Elles questionnent également le sens de « la reconnaissance » dans des contextes nationaux variés. Au total, l’ouvrage propose moins une théorie de la reconnaissance qu’une méthode d’exploration de la reconnaissance comme figure morale et politique des sociétés contemporaines.

À la défense d’un idéal contesté : Le principe de mérite et la Commission de la fonction publique, 1908-2008

Authors: ---
ISBN: 9782760326286 Language: French
Publisher: Les Presses de l’Université d’Ottawa | University of Ottawa Press
Subject: Social Sciences
Added to DOAB on : 2020-09-09 12:19:45
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

En 1908, afin de lutter contre le favoritisme qui mine autant l’efficacité de l’administration publique que la démocratie, le Parlement canadien décrète que les fonctionnaires de l’État seront dorénavant nommés selon le principe du mérite, en fonction de processus administrés par un organisme indépendant : la Commission de la fonction publique du Canada. Publié à l’occasion du centenaire de la commission, ce livre retrace l’histoire de ce principe et de cette institution, nés dans la controverse et, depuis, le sujet d’inlassables débats. Il permet de mieux comprendre la résilience exceptionnelle et la contribution unique de la commission à l’édification d’une administration publique indépendante, qui constitue un pilier important de la démocratie parlementaire canadienne. On y découvre également comment la commission a contribué, au fil des ans, à trouver un équilibre sans cesse renouvelé entre trois objectifs, reliés mais parfois contradictoires, associés à la dotation de l’administration publique d’une démocratie libérale : la neutralité politique de l’administration, l’égalité démocratique et l’efficacité en matière de gestion.

La fabrique de l’honneur : Les médailles et les décorations en France, XIXe-XXe siècles

Authors: ---
ISBN: 9782753566668 DOI: 10.4000/books.pur.137193 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:47
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Depuis longtemps, la pérennisation du pouvoir royal s’était appuyée sur un ensemble de techniques, de dispositifs et de pratiques de gouvernement parmi lesquelles se distinguait l’attribution d’une médaille ou d’une décoration qui permettait de mettre à l’honneur un sujet. Si les révolutionnaires de 1789 ont décrété la suppression de ces ordres royaux, l’Assemblée nationale de 1791 a considéré qu’il y avait toujours lieu d’attribuer des marques d’honneur aux citoyens. Bonaparte reconnaît au Conseil d’État en 1802 qu’une telle technique n’est pas incompatible avec l’idéal républicain : « Je défie qu’on me montre une République ancienne ou moderne dans laquelle il n’y a pas eu de distinctions... » Ainsi, l’honneur devient une affaire de mérite, rationalisable et génératrice d’un nouveau modèle d’élites. Recevoir une décoration, c’est donc être mis à l’honneur publiquement par l’institution qui la décerne. L’individu récompensé incarne un exemple de « vertu » et de « mérite ». L’attribution d’une médaille appartient à une logique de « distinction » et devient progressivement une « technique de gouvernement ». Dès le début du XIXe siècle, un véritable engouement pour les médailles et les décorations s’empare d’ailleurs de la nouvelle société bourgeoise. L’Empire et la République mais également l’Église ont distribué chacun à profusion ces marques de reconnaissance. Cette inflation de récompenses honorifiques qui ne se dément pas jusqu’au milieu du XXe siècle, et dans une large mesure jusqu’à nos jours, appelle une réflexion générale et une analyse socio-historique qui n’a jusqu’alors guère suscité l’intérêt des chercheurs en sciences sociales. Préalablement considéré comme poussiéreux et futile, réservé aux numismates et aux érudits, cet objet d’étude peut être revisité sous une double approche qui envisage la médaille et la décoration comme une technique relevant des « sciences de gouvernement » et un outil de fabrication des nouvelles élites. Pour la première fois, une confrontation entre politistes, juristes et historiens a permis d’envisager, à partir de synthèses et d’études de cas empiriques, les multiples aspects qui entourent cette « technique de gouvernement » et les différents profils d’élites générés et légitimés par la « pratique décorative » d’État.

Listing 1 - 3 of 3
Sort by