Search results: Found 8

Listing 1 - 8 of 8
Sort by
Bibliothèques d’atelier : Édition et enseignement de l’architecture, Paris 1785-1871

Author:
ISBN: 9782917902783 DOI: 10.4000/books.inha.3183 Language: French
Publisher: Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Subject: Arts in general
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:36
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

À la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, si l’architecture était considérée comme un art d’imitation, sa vocation essentielle était de reproduire les édifices du passé, et notamment ceux de l’Antiquité gréco-romaine. Outre ce caractère autoréférentiel, elle était soumise à des difficultés matérielles d’exécution ou à des réalités financières qui faisaient que ses inventions les plus brillantes en restaient souvent au stade du projet. Ce qui explique l’intérêt et l’importance que cette discipline a toujours accordés aux livres. Libérés des contraintes économiques et des lois de la gravité, les ateliers où les élèves s’exerçaient en vue de prendre part aux concours académiques étaient les laboratoires de l’architecte de demain. Mais les modèles qu’on y étudiait attentivement, pour les reproduire dans des œuvres nouvelles, n’étaient pas des modèles vivants, plutôt des schémas reproduisant les travaux des aînés. Ces gravures formaient les recueils conservés dans les bibliothèques d’atelier. Parmi les pièces uniques appartenant aux collections de la bibliothèque Jacques Doucet, se trouvent deux exemplaires aquarellés du premier recueil des prix, qui reproduit les dessins des années 1780 ; ce recueil assura ainsi le relais entre les dernières années fécondes de l’Ancien Régime et les débuts de l’École des beaux-arts. Autour de ces volumes souvent remarquables, l’exposition réunit une série d’ouvrages qui ont tous joué un rôle majeur dans l’enseignement de l’architecture, et des dessins qui s’y rattachent, soit parce qu’ils y sont reproduits, soit parce qu’ils s’en inspirent. Associant un point de vue qui relève de l’histoire du livre d’architecture et des préoccupations qui touchent à l’histoire de son enseignement, cette exposition croise les programmes de recherche documentaire que l’INHA consacre à la bibliographie du livre d’architecture français et aux élèves architectes de l’École des beaux-arts ; une première partie des résultats, mise en ligne sur AGORHA, est désormais accessible au public. Antoinette Le Normand-Romain, Directeur général de l’INHA.

Les Recteurs et le rectorat de l’académie de Toulouse (1808-2008)

Author:
ISBN: 9782810709489 DOI: 10.4000/books.pumi.32631 Language: French
Publisher: Presses universitaires du Midi
Subject: History
Added to DOAB on : 2020-09-09 12:19:34
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Création napoléonienne, le recteur d’académie occupe une place originale dans les institutions de la France depuis deux siècles. Fonctionnaire, représentant du ministère, le recteur est, à l’instar du préfet, d’abord perçu comme un agent du centralisme étatique ; particulièrement dans l’académie de Toulouse, la plus éloignée de Paris. Universitaire, le recteur n’est pourtant pas un haut fonctionnaire comme un autre. Son autorité, surtout dans une région qui compte une des plus anciennes universités d’Europe et la seconde population étudiante du pays, n’est pas simplement administrative, elle est aussi intellectuelle ; ce qui lui vaut le titre de « chancelier des universités ». Considéré comme un « pair » par ses collègues, il incarne la garantie des franchises universitaires, l’indépendance de la recherche et, à tous les niveaux du système éducatif, la liberté pédagogique des enseignants. Explorant deux siècles d’existence de l’institution rectorale et académique, les contributions réunies à l’issue du colloque « Les recteurs et le rectorat de l’académie de Toulouse ( 1808-2008) », illustrent la permanence de ces deux caractères de la fonction de recteur. Permanence… Mais aussi évolution, selon les différents régimes que la France a traversés depuis le Premier Empire, selon la personnalité des hommes (et de la seule femme) qui ont occupé le poste, selon la nature des problèmes à traiter et des défis à relever... Ce colloque pluridisciplinaire - qui réunit historiens, historiens du droit et sociologues, en confrontant le résultat de leurs recherches aux témoignages des sept derniers recteurs de l’académie de Toulouse - fait émerger une troisième particularité : son rôle de médiateur entre les intérêts locaux et les instances nationales. Chargé d’appliquer la politique du ministère « sur le terrain ». le recteur se trouve confronté aux attentes des populations, aux demandes des élus, aux inquiétudes des enseignants... Faire « remonter » à Paris ces aspirations est un de ses soucis constants, car il y va de la réussite de son action. Et cela de tous temps : au XIXe siècle, alors qu’il tente d’affirmer l’autorité encore fragile de la jeune institution ; sous la Troisième République, quand il installe l’école laïque dans les terres occitanes ; enfin, depuis la décentralisation des années 1980, qui en a fait un acteur majeur de l’aménagement du territoire de Midi-Pyrénées en matière de formation et de recherche.

Keywords

rectorat --- académie --- histoire --- institution

Savoirs et philosophie à Paris dans la première moitié du XVIIe siècle : Les conférences du bureau d'adresse de Théophraste Renaudot (1633-1642)

Author:
ISBN: 9791035102753 DOI: 10.4000/books.psorbonne.15609 Language: French
Publisher: Éditions de la Sorbonne
Subject: Philosophy
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:41
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

La première moitié du XVIIe siècle a vu naître dans la plupart des pays de l'Europe occidentale la nouvelle physique mécaniste, dont la construction est notamment associée aux noms de Galilée et de Descartes. Mais la constitution de la science moderne n'a pas signifié pour autant la disparition des modes de pensée hérités d'une histoire plus ou moins lointaine ; pas plus que son avènement ne s'est accompli sans hésitations ni tâtonnements. Les comptes rendus des conférences hebdomadaires du Bureau d'adresse organisées de 1633 à 1642 par Théophraste Renaudot, médecin de son état, fondateur de la Gazette et protégé du Cardinal de Richelieu, offrent par excellence le moyen de prendre la mesure du foisonnement et de la richesse de la culture savante de leur époque comme de la complexité des phénomènes de la transition intellectuelle dont ces conférences ont été contemporaines. Source unique en leur temps, les cinq volumes des Centuries du Bureau d'adresse offrent en outre un témoignage incomparablement précis sur les académies du premier XVIIe siècle, souvent ignorées au profit de leur contemporaine, l'Académie française, ou de leurs héritières comme l'Académie royale des sciences, qui furent des institutions officielles de la monarchie. Le livre de Simone Mazauric nous donne à découvrir aussi bien la vie quotidienne de l'académie de Renaudot que les savoirs dont celle-ci fut un lieu de diffusion. Les procès-verbaux publiés des conférences du Bureau d'adresse deviennent ainsi un moyen d'accès privilégié à la connaissance des modèles intellectuels de l'âge baroque comme ils portent témoignage sur la crise d'une pensée qui s'est accomplie sur le fond d'une mutation sociale et politique décisive.

Naples, Rome, Florence : Une histoire comparée des milieux intellectuels italiens (XVII-XVIIIe siècles)

Authors: --- ---
ISBN: 9782728310159 DOI: 10.4000/books.efr.2310 Language: French
Publisher: Publications de l’École française de Rome
Subject: Philosophy
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:30
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Comment saisir l’activité intellectuelle à l’époque moderne ? Comment faire dialoguer des traditions historiographiques – la française et l’italienne – qui, pour être proches au plan géographique, n’en mobilisent pas moins des questionnaires, des méthodes, des objets divergents ? En quoi un travail de ce type peut-il contribuer à l’analyse du travail intellectuel contemporain ? Le volume qu’on présente ici offre les résultats d’un programme de recherche qui a accueilli pendant cinq ans, à l’École française de Rome, des chercheurs italiens et français engagés dans une analyse comparative susceptible de contribuer à l’éclairage de ces questions. Trois sites, Naples, Rome, Florence, ont alimenté la comparaison sur la base d’un questionnaire commun dont les résultats sont proposés dans les trois textes de synthèse correspondant à chacune des villes. Des études locales et plus circonstanciées sont venues enrichir ces textes de synthèse, ainsi que des recherches engageant conjointement les trois villes. L’adjonction d’annexes et d’une large bibliographie offre des outils de travail susceptibles d’approfondir la recherche et de prolonger la réflexion.

Victor Duruy : Historien et ministre (1811-1894)

Author:
ISBN: 9782757421345 DOI: 10.4000/books.septentrion.40601 Language: French
Publisher: Presses universitaires du Septentrion
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:52
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Fils d’artisan, Victor Duruy a connu un parcours scolaire, professionnel et social exemplaire, il est devenu ministre et académicien. Professeur dans les grands lycées parisiens, à l’École normale, à Polytechnique, inspecteur général, il devient ministre de l’Instruction publique en 1863 et accomplit, pendant six ans, une œuvre éducative considérable, l’une des plus importantes de l’époque contemporaine. Fondateur de l’École pratique des hautes études, il crée l’enseignement secondaire féminin et sa loi de 1867 marque une étape majeure dans le processus de scolarisation des Français. Duruy fut aussi un historien réputé, auteur de manuels scolaires et d’ouvrages de vulgarisation appréciés, et diffusés sur tous les continents. Leur popularité lui valut d’ailleurs d’être élu à l’Académie Française. Élève de Michelet, ministre de Napoléon iii, collaborateur de Louis Hachette, ami d’Ernest Lavisse, de Maxime Du Camp, de Jules Simon, professeur du duc d’Aumale et de Victorien Sardou, Duruy côtoya les plus importantes figures du monde politique et culturel de son temps. Cette biographie, la première, s’appuie sur de nombreuses archives, privées et publiques, des correspondances et des témoignages, permettant de mieux connaître la vie publique et privée du ministre. Cet essai de biographie « totale » dresse le portrait d'un personnage emblématique du xixe siècle Français.

Deux cents ans de progrès éducatifs dans la France septentrionale (1808-2008) : bicentenaire de l’académie de Douai-Lille

Author:
ISBN: 9782757421291 DOI: 10.4000/books.septentrion.40047 Language: French
Publisher: Presses universitaires du Septentrion
Subject: Education
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:52
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Illustré de nombreux documents, accompagné d’une utile bibliographie, cet ouvrage, fruit du séminaire du 4 juin 2008 organisé à l’Université de Lille 3, à l’occasion du bicentenaire du décret du 17 mars 1808 qui organise l’Université impériale, permet de percevoir les grandes évolutions des structures éducatives de la France septentrionale aux xixe-xxe siècles. Il présente de vastes synthèses sur l’histoire des enseignements primaire (Marc Loison), secondaire (Philippe Marchand) et supérieur (Jean-François Condette) de l’académie de Douai-Lille. L’académie de Douai apparaît en effet en 1809, en application du décret du 17 mars 1808, et regroupe alors les départements du Nord et du Pas-de-Calais. Plusieurs fois modifiée dans sa composition départementale (elle regroupe ainsi l’Aisne, les Ardennes, le Nord, le Pas-de- Calais et la Somme entre 1854 et 1962), voyant son siège transféré à Lille en 1888, l’académie retrouve en 1964 sa configuration initiale. Les trois premières contributions permettent de mesurer les continuités et les principales ruptures de l’histoire éducative septentrionale et de mieux saisir l’importance des décisions d’État mais aussi des initiatives locales, souvent relayées par les recteurs. La quatrième contribution (Claude Durand- Prinborgne) mais aussi l’ouverture et la conclusion du séminaire (Bernard Dubreuil) permettent de percevoir les grandes mutations de la fonction rectorale depuis 1945 et de comprendre les défis auxquels est confrontée l’académie de Lille aujourd’hui.

Jean Guéhenno : guerres et paix

Authors: --- ---
ISBN: 9782757421390 DOI: 10.4000/books.septentrion.43932 Language: French
Publisher: Presses universitaires du Septentrion
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:52
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Voici le premier ouvrage universitaire consacré au fils du cordonnier de Fougères devenu professeur, écrivain et académicien, à l’intellectuel engagé, à l’homme qui voulut « changer la vie » pour ne plus avoir à désespérer : Jean Guéhenno (1890-1978). François Mauriac a tenu à le rappeler : « Ce petit-fils de Rousseau, ce fils de Michelet, les hommes ne sont pas venus à bout de l’amitié qu’il leur voue ». Ni à bout de son esprit de résistance qui lui fit noter, dès le 17 juin 1940, dans son Journal des années noires, « je ne croirai jamais que les hommes soient faits pour la guerre. Mais je sais aussi qu’ils ne sont pas faits non plus pour la servitude ». Les textes de littéraires et d’historiens ici rassemblés portent sur les aspects les plus forts de son œuvre et de ses combats, 11 Novembre et 8 Mai. Tous signalent le rôle qu’y a joué ce manuscrit refusé en 1921, cette méditation sur le sacrifice, à vingt ans, de ses camarades de la Grande Guerre, qui vient d’être enfin publiée chez Claire Paulhan : cette Jeunesse morte dont toute sa vie fut hantée. Comme Jean-Jacques, comme Michelet, comme Péguy, ces hommes de vérité, ces cœurs simples qui avaient volé eux aussi le feu de la culture et qu’il a su faire revivre et aimer, Jean Guéhenno a vécu « comme tous les autres, dans l’absurdité de son temps mais dans l’entêtement et la rigueur de sa seule pensée ».

Architecture et théorie. L’héritage de la Renaissance : Actes de colloque

Authors: --- ---
ISBN: 9782917902653 DOI: 10.4000/books.inha.3312 Language: French
Publisher: Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Subject: Arts in general
Added to DOAB on : 2019-12-10 12:25:10
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Ce colloque s’insère dans un ensemble de manifestations consacrées à la théorie de l’art : une table ronde introductive en avril 2009 sur la problématique organisée à Paris par Milovan Stanic (université Paris IV) au Centre allemand d’histoire de l’art à Paris, et un colloque sur la théorie des arts figuratifs à Saint-Pétersbourg (direction Milovan Stanic) en 2010. Il est exclusivement dévolu à l’architecture de la Renaissance à nos jours, dans le prolongement du programme de recherche Architectura du CESR, dont l’une des bases est consacrée aux livres d’architecture (XVIe-XVIIe siècle). En même temps que l’architecture « à l’antique », la Renaissance voit renaître la théorie de l’architecture. Qu’il s’agisse de gloses du traité de Vitruve ou d’entreprises autonomes, les traités fleurissent, du De re ædificatoria d’Alberti (Florence, 1485) à l’Idea della architettura universale de Scamozzi (Venise, 1615), en passant par l’œuvre de Serlio, la plus vaste entreprise éditoriale du Cinquecento, la Regola de Vignole (Rome, 1562) maintes fois rééditée et les Quattro libri d’architettura de Palladio (Venise, 1570). Tous ces ouvrages formalisent une pratique de l’art de bâtir dont les représentations mentales restaient implicites au Moyen Âge, limitées aux transmissions traditionnelles des savoir-faire au sein des corporations. Ils ont été souvent réédités, lus et médités tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles ; et ils marquaient encore l’enseignement de l’École des beaux-arts au début du XXe siècle. Comment la théorie développée dans les traités de la Renaissance a-t-elle contribué à former la pensée architecturale des architectes des siècles suivants ? Telle est la question à laquelle les intervenants, historiens de l’architecture, architectes et critiques contemporains, tenteront de fournir des éléments de réponse.

Listing 1 - 8 of 8
Sort by