Search results: Found 11

Listing 1 - 10 of 11 << page
of 2
>>
Sort by
Le Nain et le Géant : La République de Genève et la France au XVIIIe siècle. Cultures politiques et diplomatie

Author:
ISBN: 9782753568945 DOI: 10.4000/books.pur.132234 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:46
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

« Un nain est aussi bien un homme qu’un géant ; une petite République n’est pas moins un État souverain que le plus puissant Royaume » : à l’époque moderne, selon les termes du jurisconsulte Neuchâtlelois Emer de Vattel, la distinction hiérarchique entre les puissances européennes est subordonnée au respect de l’égalité juridique des États souverains. Des Lumières à la Révolution, la tension entre l’égalité et la distinction organise les relations diplomatiques asymétriques de la République de Genève avec la France, du nain avec le géant. À partir des années 1730, l’intervention française dans la pacification des troubles politiques de Genève éprouve la maxime de Vattel. Interprétée au prisme des pratiques diplomatiques, l’histoire politique de la petite République réformée décline les multiples ressources que mobilise l’État le plus faible pour amortir la prétention hégémonique du plus fort. Après 1792, les relations diplomatiques franco-genevoises glissent de l’idéal de la ligue républicaine des peuples libres à l’aspiration impérialiste de la Grande Nation qui justifie l’annexion de la République de Genève à la France du Directoire finissant. La diplomatie est un espace négocié de pratiques sociales de l’altérité. Ministres publics de second rang et agents privilégiés de la diplomatie française à Genève, les résidents expérimentent l’interaction entre leur culture politique et le républicanisme classique dont certaines caractéristiques survivent à la Révolution genevoise de 1792. Langage symbolique, ensemble de gestes ritualisés résultant d’une négociation permanente, le cérémonial diplomatique permet d’évaluer le dialogue entre les cultures politiques française et genevoise au XVIIIe siècle, circulation ininterrompue de représentations réciproques. Audiences solennelles, dons diplomatiques, fêtes royales ou républicaines : à la croisée du cérémonial d’État, du modèle mondain de la politesse, puis de la rhétorique révolutionnaire de la fraternité, l’étiquette diplomatique exprime les modalités de l’échange entre le nain et le géant, constituant l’un des épisodes de la modernité européenne.

Keywords

diplomatie --- Genève --- France --- État

La France en Chine de Sun Yat-sen à Mao Zedong, 1918-1953

Author:
ISBN: 9782753559523 DOI: 10.4000/books.pur.65234 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:48
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Depuis la signature des « Traités inégaux » au début du XIXe siècle qui consacrent l'établissement de relations officielles avec la Chine, la France s'est implantée progressivement dans quatre postes à concession et une vingtaine de consulats, majoritairement situés dans les provinces méridionales limitrophes de l’Indochine. De 1918 au début des années 1950, cette position se dégrade progressivement pour aboutir à la fermeture officielle du dernier poste français à Pékin par Léon Jankélévitch en 1955. Entre ces deux dates, les Français en Chine sont confrontés successivement aux troubles engendrés par les seigneurs de la guerre dans les années 1920, au conflit sino-japonais qui s'ouvre en 1951 et s'intensifie en 1957 pour aboutir à l'invasion de la Chine, à l’avènement du Parti communiste chinois et son opposition avec le gouvernement nationaliste soutenu par les puissances occidentales. La Seconde Guerre mondiale, venant se combiner avec ce tourbillon de luttes intestines, amène avec elle l’établissement d’une représentation parallèle de la France Libre à Chongqing opposée à celle de Vichy. Qu’ils soient Français libres ou représentants de Vichy, les diplomates mais aussi les militaires ont pour mission de défendre les intérêts de la métropole en Chine, tant économiques que culturels, et surtout la souveraineté française en Indochine. Après la défaite du Japon et la victoire de Mao Zedong, alors que débute la guerre de Corée et que s’intensifie la lutte contre la France en Indochine, ces objectifs restent plus que jamais d’actualité. Tâche pratiquement impossible que tous les acteurs français vont malgré tout assumer en dépit de la perspective de leur échec inéluctable. C’est toute cette évolution que se propose de décrire cet ouvrage, avec, en toile de fond, les événements qui se produisent sur le sol indochinois totalement connexes de la situation en Chine. Sont en même temps évoqués le rôle et la vie quotidienne des diplomates et consuls français dans leurs différents postes, les modifications apportées à leur statut et l’évolution des intérêts français en fonction des circonstances. Cette étude est le complément du Dictionnaire biographique des diplomates et consuls en Chine 1918-1953, publié par les Presses universitaires de Rennes en juillet 2015. Avec deux ouvrages identiques pour la période 1840-1912 publiés aux Indes Savantes, ils offrent une reconstitution d’ensemble de la présence française en Chine du milieu du XIXe siècle jusqu’au début des années 1950.

Keywords

France --- Chine --- diplomatie --- Indochine

La diplomatie romaine, l'autre instrument de la conquête

Author:
ISBN: 9782753502451 9782753531734 Year: Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Added to DOAB on : 2017-03-22 17:18:59
License: OpenEdition licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Les succès de la conquête romaine sont généralement associés à la valeur des armées de Rome et les sources antiques ont amplement contribué à en donner prioritairement cette image. Cependant la tradition littéraire témoigne, dès la fondation de la Cité, de multiples tractations diplomatiques avant, pendant et après les conflits, mais aussi de contacts de caractère diplomatique dans des contextes non conflictuels. L'historiographie a longtemps sous estimé cet autre instrument de la conquête, m...

La politique par correspondance : Les usages politiques de la lettre en Italie (xive-xviiie siècle)

Authors: --- ---
ISBN: 9782753566880 DOI: 10.4000/books.pur.137478 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:47
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Entre le xive et le xviiie siècle, la lettre est au cœur de transformations qui affectent l’identité individuelle et collective, les formes et les modalités des transactions politiques, et la perception de la réalité. La pratique épistolaire redéfinit insensiblement les sphères du privé et du public, redessine les contours de la domination territoriale, facilite l’émergence de nouvelles formes de relations politiques. Cette enquête collective étudie et replace la « révolution épistolaire », souvent inaperçue, dans l’espace extraordinairement dense des anciens États italiens. Le choix de l’Italie se révèle riche d’enseignements sur la lettre en elle-même, sur les réseaux de correspondance et sur le discours qu’elle véhicule. L’héritage humaniste a favorisé une réflexion sans précédents sur les formes de l’écriture épistolaire. Le caractère composite de ces États, la place qu’y occupent les mécanismes de patronage et de clientélisme, l’extrême volatilité des relations diplomatiques tant internes qu’externes à la péninsule, contribuent à donner aux correspondances un rôle essentiel dans les processus de communication politique et de construction de l’État moderne.

Vers un nouveau monde atlantique : Les traités de Paris, 1763-1783

Authors: --- ---
ISBN: 9782753556034 DOI: 10.4000/books.pur.47795 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: Political Science
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:47
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

À l’article 4 du traité signé à Paris le 10 février 1763 entre la Grande-Bretagne et la France, on peut lire que « Sa Majesté Très Chrétienne cède et garantit à sadite Majesté britannique, en toute propriété, le Canada avec toutes ses dépendances ». Vingt ans plus tard, de nouvelles négociations franco-britanniques, commencées en avril 1782, se terminent le 3 septembre 1783 par la signature du second traité de Paris, dans lequel la Grande-Bretagne reconnaît l’indépendance des États-Unis d’Amérique. Ainsi, en l’espace de deux décennies, ces deux traités délimitent un tournant majeur dans l’histoire de l’Amérique du Nord. Ils marquent l’aboutissement de plusieurs siècles de rivalités coloniales entre Français et Anglais en Amérique du Nord et annoncent le point de départ d’un « monde atlantique nouveau » dont les États-Unis deviendront le centre. Ce livre entreprend de dresser un inventaire de tous les aspects de cette période de conflits et de négociations : la guerre au xviiie siècle et la marine française, la diplomatie et l’art de la paix, les ambitions impériales françaises hors d’Amérique du Nord, le devenir des populations confrontées à de nouvelles lois et règles de vie : Canadiens, Amérindiens, Anglo-américains.

Les ressources des faibles : Neutralités, sauvegardes, accommodements en temps de guerre (XVIe-XVIIIe siècle)

Authors: ---
ISBN: 9782753567030 DOI: 10.4000/books.pur.105420 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:45
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

En tant que conception politique déterminant l’ensemble des relations extérieures d’un État, la neutralité est un phénomène récent. Ce n’est qu’à partir de la garantie de la « neutralité perpétuelle » par le Congrès de Vienne que la Confédération helvétique peut affirmer une véritable vocation à la neutralité. Mais cette dernière a pris corps auparavant, à partir des menaces que représentèrent les guerres européennes du XVIIe siècle pour la cohésion des ligues suisses. Par ailleurs, du XVe au XVIIIe siècle, un peu partout en Europe, des acteurs très différents tentent de limiter l’impact des guerres par de multiples pratiques de neutralisation. Dans les monarchies, ces pratiques témoignent de l’utilisation par des acteurs subalternes de marges de manœuvre entre leur propre prince et les puissances qui les menacent. Par rapport à une histoire de « la » neutralité au singulier, l’ample horizon géographique et chronologique dans lequel sont étudiées ces neutralités, au pluriel, constitue l’originalité du présent volume. Les pratiques de neutralisation, de sauvegarde et d’accommodement en temps de guerre de l’époque moderne sont étudiées dans une perspective européenne, abordant, outre le Corps helvétique, le Saint Empire, les monarchies française et espagnole, ainsi que les espaces maritimes atlantique et méditerranéen. Elles invitent à varier les approches et les points de vue sur plusieurs histoires croisées : histoire de la diplomatie et de la guerre, du pouvoir et de ses limites, histoire aussi des moyens dont disposent les populations pour préserver leurs intérêts jusque sous le régime de l’occupation militaire.

Expériences de la guerre, pratiques de la paix : Hommages à Jean-Pierre Bois

Authors: ---
ISBN: 9782753569317 DOI: 10.4000/books.pur.132726 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:46
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Depuis son arrivée à l’université de Nantes en 1988, le professeur Jean-Pierre Bois s’est imposé comme l’un des grands spécialistes français de l’histoire militaire et des relations internationales à l’époque moderne. La fécondité de son travail provient de la diversité des approches qu’il a choisies et des pistes qu’il a ouvertes. Les contributions réunies dans ce volume cherchent à en rendre compte. Si l’affrontement militaire est avant tout une épreuve humaine, il est aussi un défi intellectuel, la guerre se gagne par les hommes qui la font, mais aussi par ceux qui pensent les conditions de l’efficacité de l’outil militaire. Si elle est moyen de s’imposer dans un conflit, elle est aussi un facteur de paix par son poids dans les négociations internationales, pour interrompre ou éviter la guerre, et par l’action des officiers qui s’impliquent dans la diplomatie. Par l’intensité des moyens qu’elle nécessite, la guerre mobilise les sociétés bien au-delà du rétablissement de la paix. La figure du soldat interpelle les sociétés dans lesquelles ils continuent à vivre après l’expérience du combat qui fait d’eux des modèles à honorer autant que des individus traumatisés qui doivent se réinsérer parmi leurs contemporains. La réalité de la guerre ne ressort pas seulement de la récurrence des combats : artistes et intellectuels se l’approprient pour l’intégrer à leurs productions et à leurs réflexions. Faire et éviter la guerre, vivre et penser la guerre, quatre des domaines de recherche explorés au cours des trois dernières décennies par le professeur Jean-Pierre Bois, autant de perspectives autour desquelles ses amis et ses collègues se sont réunis pour lui rendre hommage en empruntant ses voies favorites.

Keywords

diplomatie --- guerre --- conflit --- paix --- armée --- traité --- militaire

La République en voyage : 1770-1830

Authors: ---
ISBN: 9782753569492 DOI: 10.4000/books.pur.135012 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:46
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Des années 1760 à 1830 le monde bascule. Tout autour de l'Atlantique, sur le pourtour de la Méditerranée, au-delà même du Cap de Bonne-Espérance, un vent de révolution change durablement les sociétés en les faisant entrer dans l'ère contemporaine. De nombreuses études se sont penchées ces dernières années sur la révolution politique qu'a constituée la naissance de la république moderne, et de nombreuses monographies ont par ailleurs traité des voyages. Ce volume réunit les deux aventures. On s'y demande comment une pratique ancienne, le voyage, rencontre une idée nouvelle, la République. Observer les autres sociétés, les coutumes de populations différentes, se transporter ailleurs, partir comprendre sous d'autres cieux, chercher à comparer les gouvernements républicains anciens, nouveaux ou en gestation, ouvrir sa curiosité à un cosmopolitisme des nations, découvrir d'autres modèles politiques que le sien, tout cela devient une sorte de propédeutique tantôt spontanée, tantôt bien organisée, parfois forcée. Il en résulte un transfert d'idées, de personnes et d'expériences que l'aire et l'ère des révolutions atlantiques ont rendu possible depuis le début de la Révolution américaine jusqu'aux premières révolutions du XIXe siècle naissant. Les deux univers du périple et de la citoyenneté s'enrichissent l'un par l'autre, le voyage politique se réinvente de façon originale dans l'exil, dans la conquête, dans l'expédition savante, dans la visite accomplie seul ou en groupe. La pratique du voyage se régénère dans le sens nouveau que lui donnent les républicains des Lumières et des Révolutions. Les deux formules « Where liberty is not this is my country » et « là où se trouve la liberté est mon pays » invitent de façon inverse au même mouvement : porter la république au-delà de ses frontières.

En finir avec la guerre froide : La France, l’Europe et le processus d’Helsinki, 1965-1975

Author:
ISBN: 9782753559820 DOI: 10.4000/books.pur.49367 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:47
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

À partir de 1965, l'URSS cherche à profiter de la politique de « détente, entente, coopération » lancée par le général de Gaulle auprès des pays du pacte de Varsovie pour obtenir, via une Conférence sur la sécurité européenne, le gel de l'ensemble des frontières du continent et la reconnaissance de la mainmise soviétique sur l'Europe de l'Est. Sauf que la France, partisane au contraire d'une détente censée aboutir au dépassement de l'ordre bipolaire issu de la guerre froide, n'entend pas entériner le statu quo politique et territorial européen. Dès 1969, Georges Pompidou décide de se servir du projet de conférence pour promouvoir sa vision de l'Europe : la conférence sur la sécurité et la coopération en Europe doit d'une part favoriser le rapprochement entre tous les peuples du continent et d'autre part encourager chaque nation à s'exprimer en son nom propre, en dehors des alliances militaires. Lorsque trente-trois États européens, les États-Unis et le Canada se réunissent, de 1972 à 1975, pour négocier le contenu du futur acte final de la CSCE, les Français tentent, avec leurs partenaires de la Communauté européenne, de faire de la Conférence le prolongement multilatéral de la politique gaullienne de détente. Dans cette optique, ils veillent d'abord à ce que les frontières puissent être modifiées de façon pacifique : il s'agit de permettre à l'Allemagne d'être un jour réunifiée. Ils œuvrent également pour que la Conférence facilite la coopération culturelle et la circulation des personnes entre l'Est et l'Ouest, le but étant, selon le président Pompidou, de transmettre aux pays communistes le « virus de la liberté » et d'enfoncer un coin dans le système des blocs.

Diplomaties culturelles et fabrique des identités : Argentine, Brésil, Chili (1919-1946)

Author:
ISBN: 9782753578647 DOI: 10.4000/books.pur.137792 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:47
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

S’inscrivant dans le champ de l’histoire des relations culturelles internationales, cet ouvrage analyse de manière comparatiste et transnationale l’élaboration d’une diplomatie culturelle par l’Argentine, le Brésil et le Chili dans la période de l’entre-deux-guerres. Notre but est de montrer comment, à partir des toiles tissées par les différentes structures et dynamiques de la coopération intellectuelle, internationale, continentale ou latino-américaine, l’Argentine, le Brésil et le Chili ont forgé les instruments d’une diplomatie culturelle et ont bâti une certaine image d’eux-mêmes sur la scène internationale. Cet ouvrage vise à mettre en lumière que les initiatives argentine, brésilienne et chilienne sur le terrain de la diplomatie culturelle ne prennent corps et sens que dans la mesure où elles s’insèrent dans des dynamiques qui dépassent leurs frontières. Dans le cadre d’une étude sur la diplomatie culturelle, la question de l’identité nationale est au coeur de la réflexion. Nous nous inscrivons donc dans une perspective qui relève tout autant de l’histoire des relations internationales que de l’histoire culturelle, aux confins des débats sur l’identité nationale et sur la définition de la politique étrangère.

Listing 1 - 10 of 11 << page
of 2
>>
Sort by
Narrow your search

Publisher

Presses universitaires de Rennes (11)


License

OpenEdition Licence for Books (9)

OpenEdition licence for Books (2)


Language

french (11)


Year
From To Submit

2006 (2)