Search results: Found 2

Listing 1 - 2 of 2
Sort by
Les formes de l'échange : Communiquer, diffuser, informer, de l'Antiquité au XVIIIe siècle

Author:
ISBN: 9782753568860 DOI: 10.4000/books.pur.129585 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:46
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

La communication, entendue à la fois comme l’établissement d’une relation interpersonnelle et un système de transmission d’informations, intéresse l’histoire des régulations sociales. Elle présente deux caractéristiques importantes pendant la longue période qui va de l’Antiquité au XVIIIe siècle : les langues n’y étaient pas encore des marqueurs d’identités nationales et, en ces siècles où le télégraphe, le téléphone et l’Internet n’existaient pas, la diffusion de toute information demeurait tributaire de la distance et de la lenteur des moyens de transport. Pour étudier la manière dont les individus se sont parlé et dont des institutions comme l’État et l’Église ont échangé des renseignements et des informations, deux thèmes ont retenu l’attention des auteurs de ce recueil : l’usage de la langue comme mode de régulation sociale, et la question des processus de communication et de diffusion de l’information. L’usage de la langue ne concerne pas les seuls linguistes. L’intérêt porté récemment aux transfuges, aux « renégats » et aux intermédiaires a incité des historiens à étudier les pidgins et les métissages linguistiques. Ce renouvellement de la recherche permet de privilégier ici trois questions : le rapport entre langue et identité, la langue que les missionnaires devaient utiliser à l’époque médiévale pour convertir, et l’histoire singulière des langues savantes ou imaginaires porteuses de rêves d’universalité. La « circulation de l’information », concept commode mais discutable, car l’information n’est pas un objet que l’on déplace, peut être comprise comme un processus de communication. Sensibles à son importance dans la vie politique, commerciale et culturelle, les historiens en font aujourd’hui un objet d’étude. Dans ce volume, ils mettent l’accent sur les vecteurs de diffusion de l’information (courriers officiels, journaux intimes, périodiques), sur la manière dont l’Église et des ordres religieux utilisèrent - et manipulèrent - l’information, et sur les moyens dont disposaient les gouvernements et les civils pour obtenir des renseignements en temps de guerre.

La rumeur au Moyen Âge : Du mépris à la manipulation, Ve-XVe siècle

Authors: ---
ISBN: 9782753567849 DOI: 10.4000/books.pur.119604 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:46
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Fausses nouvelles de la mort du roi, révélations de complots contre la chrétienté, dénonciations des mœurs légères des reines et princesses, accusations de crimes sexuels contre des ecclésiastiques, multiplications de miracles autour de tombes, portraits flatteurs ou infamants de grands et de petits que rien ne vérifie en dehors d’affirmations transmises à l’oral comme à l’écrit, entre voisins, amis, courtisans, guerriers et hommes d’Église : la rumeur est omniprésente au Moyen Âge. Elle n’épargne aucun pan de la société, aucun groupe humain et elle est de tous les temps entre le Ve et le XVe siècle. Elle s’inscrit dans les sources textuelles de toute sorte, qui lui répondent, la confortent, la relaient ou simplement la disent avec des mots bien spécifiques. Pourtant, les médiévistes ont souvent considéré qu’ils ne pouvaient saisir dans la documentation plus que le souvenir de la rumeur. Sujet à la mode, la rumeur médiévale a principalement été étudiée, jusqu’ici, dans le cadre des rapports entretenus entre le peuple et les autorités à la fin du Moyen Âge. Envisagée sur le fond des grandes crises (guerres, révoltes), associée au défaut d’information et à la sédition, jugée caractéristique et révélatrice de l’opinion des gens de peu en rupture momentanée avec les gouvernants, la rumeur a rarement été abordée comme un phénomène de communication entre égaux (chez les élites comme chez les humbles), dans des usages socialement constructifs et révélateurs de craintes, mais aussi de revendications, d’espoirs, d’imaginaires et de croyances. C’est pour tenter de renouveler et de compléter cette approche historique, que les auteurs du présent ouvrage ont croisé les résultats de recherches menées sur le statut, la construction, les usages et la portée d’une rumeur qui n’est, au Moyen Âge, caractéristique d’aucun groupe social, économique, politique ou d’opinion spécifique. Le mépris affiché par les élites à son égard, lorsqu’elle émane des petits et de leurs ennemis, ne suffit pas à faire oublier que la rumeur est avant tout un moyen de fédérer.

Listing 1 - 2 of 2
Sort by
Narrow your search

Publisher

Presses universitaires de Rennes (2)


License

OpenEdition Licence for Books (2)


Language

french (2)